9/24/2008

Les postiers sont de sinistres crétins et méritent bien ce qui leur arrive

J'en vois déjà qui se disent "ça y est, l'ami DJon à définitivement pété un câble, piquons le pour l'achever, il souffre". Rassurez-vous. Je l'avoue ce titre est « un poil » provocateur, je ne vais évidement pas prôner la privatisation de La Poste ici, bien au contraire.
Mais je dois avouer que je suis assez colère à propos de la com' des postiers sur de la grève d'hier.
Tout d'abord, c'est vraiment dommage que la grève n'ai pas été mieux suivie (mais bon là quelque soit la com' on ne peut pas faire croire à une mobilisation monstre quand la direction annonce 27%), C'est vrai que les anti-grèves et autres anti-fonctionnaire se sont certainement réjouis de pouvoir avoir leur courrier hier.
Bref, la goutte d'eau qui a fait déborder l'océan est venue des divers interviews des grévistes que j'ai entendu (sur France Inter essentiellement). Pour l'hypothèse de travail, mettons nos dans la peau du français moyen qui regarde « tihèffouane » et se demande combien de paquets de pâtes il va sacrifier pour pouvoir s'offrir le dernier album de la starac' (la chute du pouvoir d'achat oblige à certains sacrifices). C'est un peu caricatural, c'est vrai, mais n'oublions pas que cela concerne environ 53% des français (d'ailleurs si certains ici se sentent critiqué, je vous fait mes plus plates excuses, mais pensez à appuyer sur la touche 5 de votre télécommande de temps en temps ainsi que la 7 si vous avez la TNT et la 13 en période électorale au minimum). Revenons à nos moutons, donc ce français moyen entend un syndicaliste geindre (quel horreur déjà) que la privatisation va supprimer X emploi à la poste...mais qu'est-ce que je m'en fout, se dira le beauf moyen, ils nous font encore ch*** pour sauvegarder leur petits privilèges, ils devraient avoir honte, tout ça tout ça...on connais le discours.
La privatisation de la poste engendre des conséquences quand même plus graves (et surtout qui touche directement notre beauf moyen), tel que la potentielle variabilité des prix selon la destination des courriers et leur certaine augmentation globale, la disparition de nombreux bureaux, la dégradation du service pour cause de rentabilité etc, la liste pourrait être assez longue, comme nous le savons.
Je me demande donc pourquoi,au lieu de parler d'eux, il n'ont pas parlé de l'utilisateur (enfin client devrais-je, bientôt, dire).
Pour finir, petit coup de gueule personnel, pour ne rien arranger, il faut aussi avouer qu'il sont très étiqueté « fonctionnaire » (je ne critique pas les fonctionnaires en eux-même, j'en suis moi-même un ;-) mais seulement l'image qui leur colle à la peau) par des gestions désastreuses (volontaires??). Comme, par exemple, la fermeture de tous les guichets sauf 1 une demi-heure avant la fermeture du bureau, celle-ci ayant lieu à 18h et, du à ce manque évident de personnel, si on se pointe à 17h50, on se trouve face à un aimable monsieur qui vous dit « je crois que ça va pas être possible », ce qui est, il faut bien l'avouer, rageant!
Cette accumulations « d'erreurs » à pour résultats que seulement 50 à 60% des français soutiennent les postiers, alors que cette atteinte supplémentaire aux services publiques devrait lever l'opinion,

Mais rassurons nous notre président veille, après avoir voulu mettre en place les prêts hypothécaires , dépénaliser le droit des affaires, vanter le système américain et prôner la libéralisation totale, il explique à la tribune de l'ONU qu'il faut réguler et moraliser le marcher! Nous sommes en de bonnes mains (c'est gratuit mais j'avais encore quelques tensions à éliminer XD).

4 commentaires:

  1. La poste c'est aussi la joie immanse de savoir qu'on peut quand on veut faire la queue pendant demiheure!

    RépondreSupprimer
  2. Plus sérieusement c'est aussi un maillage serré de tout le territoire le gouvernement plutôt que d'en vendre les meubles et les murs devrait de mon point de vue, réfléchir à transformer ces espaces de vie en point service public et a en étendre les compétences potentielles: anpe, poste, impots, trésor, assistance sociale, scolaire et sanitaire. C'est pas les gens qui manquent et c'est de la décentralisation efficace.
    Mais non on va vendre ça à des banquiers qui dans deux ans crééront une section investissement et jouerons aux subprimes avec l'argent des anciens usagers. La banque de dépots ça peut rapporter gros ! Pour dans cinq ans la cdc en rachète les dettes et autres "actifs douteux". C'est bien la création de richesse à la française ? Non ? C'est pas le courrier qui vaut de la thune dans cette histoire c'est l'immobilier et la banque. Votez malin votez kerviel !

    RépondreSupprimer
  3. http://www.lesechos.fr/info/finance/300280896.htm

    59 banque européennes en 2007. Sachant qu'elle fait peu ou pas de spéculation combien une fois la crise financière passée ?

    RépondreSupprimer
  4. Alexis de mapausecafe.net27 septembre 2008 à 23:24

    Je suis d'accord avec DJon51 !
    Il est vrai que la piteuse organisation de la Poste, n'arrange pas du tout l'image du fonctionnaire !

    Je pense qu'il faut absolument conserver ce genre d'institution public qui font bien plus que le ferait une entreprise privée !
    Ce n'est pas le secteur privé qui peut prendre en considération la portée sociale de la Poste. En effet, la Poste n'inflige aucune inégalité : le prix du timbre est le même pour tous, que l'on habite Paris ou le fin fond du Cantal (ça change de la Corrèze ^^).

    Egalement, c'est aussi un pilier sûr de l'économie française...

    Par contre, il y a beaucoup de chose à changer ! Sarkozy voudrait nous faire croire que moderniser la Poste, c'est la privatiser. Mais la crise des subprimes est là pour lui rappeler que le libéralisme n'est pas la finalité de l'économie.
    Moderniser la Poste, c'est déjà adopter ses horaires d'ouverture à la clientèle ! Enfin bref, nous avons tous nos idées sur la Poste !

    La Poste privatisée, on a tous à y perdre !


    On a tout à y perdre

    RépondreSupprimer